Catégories
ANALYSES

“ZOOM RÉGION” : L’OUTIL DÉCISIONNEL POUR LA “FRANCE D’APRÈS”

La durée exacte du confinement n’est pas connue (arbitrage économique/sanitaire), mais l’analyse régionale (statique et cinétique) sera une des clés

Toute une équipe bénévole multidisciplinaire remarquable permet la réalisation de cette analyse qui se veut factuelle et objective (d’ailleurs n’hésitez pas à nous rejoindre : mail ci dessous) : “toute réussite est collective”. Notre nouveau site verra le jour en début de semaine et vous pourrez mettre des visages sur les noms…

Au niveau de la forme, nous avons décidé d’évoluer comme la version initiale, vers plus de visuels (“moins de texte”) afin de vous faire gagner du temps (“Less is More”).

—————

A. La durée exacte du confinement n’est pas connue (arbitrage économique/sanitaire), mais l’analyse régionale (statique et cinétique) sera une des clés

1. L’enjeu actuel

Le déconfinement nécessite des indicateurs épidémiologiques au vert : incidence des cas (hospitalisations, réanimation, guérisons,…), et disponibilité des ressources (lits de réanimations), en cas de 2ème vague…

2. De grandes disparités régionales

Il existe de grandes disparités régionales, fonction des déterminants santé, dans un contexte infectieux :
– temps de contact avec l’épidémie et cinétique des infections
– densité de population (ex : différences entre Ile de France et Limousin)
– promiscuité sociale (60% de la transmission des cas auraient une origine familiale)
– respect des consignes de confinement (ex : certaines banlieues)
– distribution des âges (ex : différences entre Provence Alpes Côte d’Azur et Ile de France)
– état sanitaire : pathologies pré-existantes (nous connaissons bien les facteurs de risque : âge, insuffisance respiratoire, obésité,…) 
– densité de l’offre médicale (lits de réanimation en particulier) : ainsi la Seine Saint Denis est en retard par rapport à d’autres entités.

Ainsi, la distribution de la mortalité observée est hétérogène sur le territoire.

Carte des décès (référence : datagouv.fr)

3. La région sera par conséquent l’échelle de référence

Nous vous proposons une première approche visuelle.

Nous analyserons régulièrement le passage au vert de ces différents indicateurs dans les régions françaises.

4. Incidence régionale

Pour ne pas se “noyer dans les tableaux” (et les chiffres !), nous vous en présentons à titre indicatif, pour comprendre l’évolution temps/espace : incidence quotidienne au niveau régional.

B. France J23 : “Vivre avec”

1. La France suit la même dynamique que l’Italie

L’Italie semble toujours disposer de 10 jours “d’avance”, et semble avoir atteint non pas un pic mais un plateau haut (l’occupation des lits de réanimation étant l’indicateur le moins discutable).

Notons que l’Italie a hier présenté son plus bas taux de mortalité journalière depuis 3 semaines : 431 décès (contre environ 1000 par jour il y a 2 semaines).

2. Réanimation : 3 jours de légère baisse

3. A géometrie variable selon les régions

4. Réanimations toujours nombreuses, amélioration en vue ?

Nos lits de réanimation sont toujours occupés de façon exceptionnellement haute (à 75%, soit environ 7 000 sur 9 000).

Mais nous semblons être sur la bonne voie :

– Moins de demandes au niveau national

– Mortalité en baisse dans toutes les régions

5. La vigilance reste de mise

Nous nous devons de rester vigilants : les nouveaux cas diagnostiqués sont toujours autour de 3 000 par jours (avec une évolution hétérogène entre les régions) dont 40% dans les Ehpad (avec sous diagnostic probable) : cf iconographie (A.4).

C. Monde : plus de 110 000 décès en 3 mois et plus d’1,3 million de cas actifs

Avec la contribution de Mathieu Bouquet et Stéphane, compagnons de la première heure, que je remercie encore pour leur soutien sans faille.

Attention à certains chiffres (nombre de cas, décès,…) extrêmement discutables car variables d’un pays à l’autre (exemple : disponibilité des tests), avec des biais de mesure et donc une sous-déclaration majeure dans certains pays.

1. Prévalence : 1,3 million de cas actifs confirmés en observation

Carte : répartition des cas actifs dans le monde

Source : John Hopkins University 

Top 10 pays : Les Etats Unis largement en tête tant en terme de cas actifs

Etats-Unis 505k (481k hier)
Italie 102k (100k hier)
France 91k (89 k hier)
Espagne 87k
Royaume Uni 73k
Allemagne 64k
Turquie 52k (48k hier)
Iran 23k
Pays-Bas 23k
Brésil 21k

Par continent : 81 % des cas diagnostiqués en Occident (à répartition égale entre l’Europe de l’Ouest et les Etats-Unis)

2. Incidence : 73k nouveaux cas diagnostiqués portés par le boom Américain 

Par pays
Etats-Unis 25k (28 hier) : noter que New York a enregistré une baisse du nombre de nouveaux cas et de demandes de lits
Espagne 3k (5 hier)
Royaume Uni 5k (5 hier)
France 3k (5 hier)
Italie 4k (5 hier)
Turquie 5k (5 hier)
Allemagne 2k (3 hier)
Iran 2k (2 hier)
Pays-Bas 3k
Brésil, Canada, Russie, Belgique : 1 à 2k

Graphique : évolution du nombre de nouveaux cas quotidiens

Par pays : notons que le nombre de cas diagnostiqués est un indicateur à prendre avec précaution (ainsi les Américains lancent des campagnes massives de tests de dépistage et affichent donc des chiffres en proportion beaucoup plus élevés que de nombreux pays européens qui ne disposent que de très peu de tests).

Etats-Unis 28k (-4k)
Espagne 5k (+0k)
Royaume Uni 5k (-4k)
France 5k (-2k)
Italie 5k (+1k)
Turquie 5k (+0k)
Allemagne 3k (-1k)
Iran 2k (-0k)
Brésil, Canada, Russie, Pays-Bas, Belgique : 1 à 2k

Par continent : 3 foyers – Etats-Unis, Europe (à égalité) et Moyen-Orient

3. Jour J : le déconfinement bientôt envisageable pour certains pays (Autriche, Suisse, Allemagne,…)

4 . Mortalité : évolution comparative selon les pays

Merci à Carole Gabay notre Data Analysis Expert !

Avec notre équipe, nous vous proposons ce tableau organisé et très (voire trop !) complet pour une vision complète

5. Tableaux évolutifs (décès et cas actifs) : amélioration générale

Avec toujours les réserves de rigueur concernant les cas détectés (dépendant de la disponibilité et du nombre de tests), une amélioration générale semble se dessiner.

Evolution de l’incidence dans les 11 zones les plus touchées

D. Focus Etats-Unis : les premiers sur tous les indicateurs, mais une légère amélioration

Premier pays touché en incidence, en prévalence et en nombre de décès (22 000 à ce jour).

Rappelons que les grandes métropoles et noeuds de communication (Milan, Paris, Londres,…) sont les principaux épicentres nationaux. New York, n’échappe pas à la règle : la ville représente environ un tiers des cas (et 40% des décès actuels) outre Atlantique pour l’heure. Mais il faut garder à l’esprit que l’épidémie migre vers l’Ouest…

En terme de mortalité, le nombre de décès quotidien est en baisse depuis 2 jours (passant de 2000 à 1800, puis à 1500 ce jour).

Si on ramène les décès à la population (330 millions d’habitants, soit 5 à 6 fois l’Italie), les résultats sont plus nuancés. Ils sont pour l’heure quasi équivalents en nombre brut (22 000), mais sont à suivre, car les Etats-Unis sont encore en phase épidémique alors que l’Italie a atteint un plateau).

Comme les tests sont pratiqués de façon massive aux USA (entre autres grâce au kit express du laboratoire Abbott), le chiffre américain concernant la diffusion de l’infection sur le territoire a de la valeur (en comparaison avec certains pays européens). Le nombre de cas par million d’individus selon le temps est donc une donnée à suivre.

Le Président reste dans le cadre de sa “feuille de route” puisque son objectif déclaré est “moins de 100 voire 200 000 victimes”.


Gardez en tête le “réflexe 3M” (Mains-Masques-Mètre) pour se protéger…. mais surtout pour protéger les plus vulnérables.

Confiance et solidarité pour ce combat collectif,
Dr Guillaume ZAGURY
Spécialiste en Santé Publique Internationale
Consultant en “Health Innovations”
‍HEC
‍En Chine depuis 2000.

“Toute réussite est collective”, merci à  : 
– toute l’equipe “Back Up”  (Mathieu Bousquet, Carole Gabay, Flavien, Marie, Laetitia, Anne-Sophie,…) ;
– toute l’équipe médicale GVMN (Global Virus Medical Network : Dr Bachir Athmani, Dr Ibrahim Souare, Dr Viateur, Dr Taieb,…) qui permettent à ce projet d’exister, sans qui ce projet n’aurait pu voir le jour ;
– tous les mécènes financiers (Jerome, Benjamin Denis & B Square, Benoit Rossignol, Arnault Bricout) qui oeuvrent pour des “Actions Citoyennes”.

Si vous vous sentez l’âme de mécène ou de partenaires pour financer le développement informatique, n’hésitez pas à me contacter (guillaume@covidminute.com).

Également, même si une partie de l’équipe est basée à Shanghai, n’hésitez pas à venir nous rejoindre, car ce n’est pas le travail qui manque 🙂Pour ceux qui veulent prolonger la lecture avec un complément d’iconographies, sur des social médias occidentaux:

Know the latest updates

Powered byMedicilline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.