Catégories
ANALYSES

ENVIRON 50% DE LA POPULATION MONDIALE CONFINÉE

Chine : une grande muraille pour éviter la “seconde vague”

A. Chine : une grande muraille pour éviter la “seconde vague”

1. Chiffres bruts et relatifs

Environ 50 nouveaux cas par jour (moyenne) à Shanghai et Pékin, soit environ 800 en cumulé.

2. Savoir lire les courbes

– Vision émotionnelle : la première lecture de la courbe des cas importés peut engendrer une certaine panique. Les chiffres semblent exploser.

– Vision rationnelle : on compte environ 27 000 arrivées journalières en provenance de l’étranger, et de l’ordre de 50 cas détectés, le plus souvent à un stade asymptomatique.

Le cumul des cas donne certes une impression d’explosion, mais le nombre quotidien de ces nouveaux cas est relativement stable depuis plusieurs jours, et ils sont bien identifiés et pris en charge (ainsi que leur entourage).

3. Un processus bien en place

De 7 à 23 heures de démarches entre l’atterrissage et la sortie de l’aéroport : interrogatoire sur les voyages récents, examen (température,…), souvent test “swab nasal”, processus administratif,…


4. Une réglementation qui s’adapte en permanence

– Les mesures de contrôle se sont progressivement durcies depuis 2 semaines.

– Les avions à destination de Pékin sont redirigés sur des aéroports de la périphérie ou vers Tianjin pour le triage des passagers.

– Dans la région : fermeture pour 15 jours des aéroports de Hong Kong et Singapour aux non résidents depuis hier.

5. Le témoignage suivant de mon ami Mathieu est assez éloquent

La Chine prend des précautions et fait appel à la technologie.

– Depuis mercredi, tous les nouveaux arrivants sont soumis au test de dépistage, et ils sont de plus en plus nombreux à devoir réaliser une quarantaine dans un hôtel dédié (à leurs frais). Ces mesures viennent s’ajouter à l’investissement que la Chine fait pour éviter une résurgence des contaminations. Pour rappel, tous les nouveaux cas récents en Chine sont des cas importés.

– Porte d’entrée contrôlée à distance par la police. La police vient de passer et de m’équiper d’un nouveau matériel. Ma porte d’appartement est désormais équipée d’un détecteur de mouvements (voir photo ci-dessous, matériel siglé China Telecom, sans doute avec une carte SIM à l’intérieur) qui envoie ces informations (ouverture / fermeture de la porte) à la police. 

– A chaque fois que je sors pour récupérer des colis ou jeter des poubelles (espace dédié uniquement à moi pour éviter que je partage mes poubelles avec des personnes qui n’ont pas voyagé à l’étranger récemment), je dois en plus de cela faire part de chaque ouverture de porte sur Wechat à la police locale dans un groupe WeChat créé pour l’occasion avec 8 autres personnes qui reviennent de l’étranger et habitent la même résidence. 

– Pour rappel : je ne tousse pas, je n’ai pas de fièvre, je n’ai strictement aucun symptôme mais simplement, je reviens de France et le gouvernement de Shanghai ne veut prendre aucun risque. 

– Si on calcule le coût que cela représente pour le gouvernement chinois, le total de ma rentrée en Chine a au moins coûté 300 euros en termes de temps, matériel, allocation de moyens de transport, etc., sans compter les coûts fixes pour installer l’organisation et planifier. Et nous sommes des milliers ou dizaines de milliers à rentrer en Chine depuis une semaine.

6. Innovations technologiques

Dans les jours à venir, nous vous montrerons comment les innovations technologiques ont complètement bouleversé la prise en charge épidémique.

B.  “Crash test” : Afrique (suivi)

Par manque de moyens, la guerre sera avant tout épidémiologique (fermeture des frontières et confinement). Si les gens ne se déplacent pas, le virus ne se déplacera pas !

– Avec mon collègue, le Dr Bachir Athmani, nous évaluons tous les jours un système de santé confronté à des afflux massifs potentiels de patients.

– Rappelons qu’en l’état actuel des connaissances, 15 % présentent des formes sévères nécessitant l’hospitalisation et 5 % un séjour en réanimation médicale pendant 1 à 2 semaines généralement), si l’on se base sur l’expérience en Chine (dont plus de 90 % des cas dans le Hubei).

1. Le virus est géographiquement présent dans 80% des pays africains

Des cas ont été détectés dans 44 des 54 pays du continent, mais le virus n’a semble-t-il pas encore commenncer à se diffuser. Le nombre de cas détectés est encore quantitativement faible : 1 800 cas, dont 57 décès, soit environ 3 % de létalité.

2. Chiffres et analyse

– Vision spatiale : Égypte (294 cas détectés / 8 décès), Éthiopie (9), Algérie (139 / 11), Sénégal (56), Ghana (21 / 1), Maroc (109 / 3), Tunisie (60 / 1), Burkina Faso (75 / 3), Togo, Côte d’Ivoire (14), Guinée (2), Mauritanie (2), Gabon(3 / 1), Kenya (15), Rwanda (17), Uganda (1), Soudan (2 / 1), Cameroun (27), Namibie (3), Congo (23 / 1), Afrique du Sud (240), Centrafrique (3), Guinée équatoriale (6), Bénin (2), Liberia (2), Somalie, Djibouti, Nigeria (22), Gambie, Zambie (3), Niger (2), Tchad, Angola (2).

– Vision temporelle : une évolution prévisible depuis 1 semaine 

3. Continent à risque pour de multiples raisons

– Qui dit guerre (Afrique centrale,…) dit épidémie.

– Difficulté de faire respecter la distanciation sociale : conditions d’habitation (30% de la population vit dans des bidonvilles, lieux de culte très fréquentés, mégapoles type Lagos, etc.)

– Prévalence de comorbidités de type SIDA : ainsi l’Afrique du Sud présente le plus de patients Covid – 402 cas – couplé à un taux de Sida parmi les plus importants au monde. 

4. Il est illusoire de jouer sur le versant thérapeutique

– Des pays développés comme l’Italie et la France sont déjà souvent saturés.

– Le maillage médical est insuffisant : 20 fois moins de généralistes par habitant que la France.

– L’équipement technologique (unités de soins intensifs,…) est également insuffisant : j’en discutais hier à la TV tunisienne. La Tunisie compte 350 lits de réanimation pour 11 millions d’habitants, soit 3 fois moins par habitant que la France. 

5. La seule solution sera préventive

– La majorité des pays l’ont compris, et adoptent la seule arme dont ils disposent : la prévention par confinement (prévoir 3 semaines pour voir ses effets) et la fermeture des frontières. 

– L’exemple de l’Italie semble avoir beaucoup marqué les esprits.

– Le terme de confinement étant encore à géométrie variable : écoles, couvre-feu, seuil de réunions…

– Deux pays à saluer ayant pris des mesures préventives rapides et qu’il sera intéressant de suivre : Rwanda, Ile Maurice.

6. Un important avantage : la jeunesse

La population du continent est jeune, alors que les formes graves de la maladie et la mortalité touchent prioritairement les plus âgés (65 ans et plus).

C. France – Vivre avec J20, confinement J9

Période d’incertitude après une semaine de confinement : si certains “poilus” ont passé 4 ans dans les tranchées, nous pouvons essayer de passer 4 semaines (entre 1 et 6 semaines) chez nous. 

1. Incidence : + 2 450 nouveaux cas confirmés (3 200 hier)

Nous restons en phase de croissance épidémique.

2. Prévalence : 17,9 k en observation (16k hier)

– Le temps de doublement reste stable, à 5 jours.

– Noter que le chiffre de 22 000 cas totaux repris par les médias n’est à mon sens pas un indicateur pertinent, car il inclut les cas historiques guéris, les décès et les cas actuellement en observation.  

– Ainsi si je dis que : la Chine présente 88 000 cas… cela est vrai en cumulé, mais 98 % sont guéris et il n’y a pas de cas autochtone depuis plusieurs jours !

3. Dynamique comparative (/ Italie) : la France semble s’écarter légèrement de l’évolution italienne sur ces trois derniers jours

– La tendance moyenne sur les 3 derniers jours est à un ralentissement par rapport à l’Italie d’il y a une semaine (cf. graphique ci-dessous).

– Néanmoins faire attention aux données et comparons ce qui est comparable : les Italiens ont maintenant une stratégie plus orientée vers la détection des cas alors que nous le sommes beaucoup moins. Ainsi, selon certains mais à confirmer la France a testé environ 2 fois moins de personnes que l’Italie au même stade de l’épidémie.

4. Distribution géographique et système de santé : +/- 10% des cas en soins intensifs

– Chiffre-clé sorti hier, concernant la distribution de la mortalité qui rejoint les données observées à Wuhan : en France, 85 % des patients décédés ont plus de 70 ans.

– Réanimation et soins intensifs : 2 500 cas dont un tiers ont moins de 60 ans.

– Plus de 1 000 décès (1 100) dont 186 hier en 1 mois, mais qui ne tient pas compte des décès en EHPAD possiblement liés au virus. 

– La France, à l’image de nombreux pays européens, ne fait pas la course en tête concernant les équipements de protection et les tests de dépistage. Saluons donc la commande d’environ 30 000 kits pour la fin de semaine.

– Mulhouse, le “Bergame français”, où le Président a bien fait de se rendre pour venir au contact des soignants, pour le travail extraordinaire fourni.

5. Analyse régionale

6. A noter

– Intéressant de suivre la cas du Maroc, qui a pris la décision de traiter tous les cas hospitalisés avec du Plaquenil, depuis 4 jours : équivalent à un essai clinique à grande échelle.

– Paradoxalement, l’usine hexagonale produisant le Plaquenil (chloroquine), potentiellement en redressement judiciaire, va peut-être bénéficier d’une seconde chance (commandes par Sanofi,…).

– Les DOM-TOM sont également touchés :  23 cas détectés en Guyane, et Cayenne hausse le ton en matière de lutte contre le coronavirus. Comme plusieurs villes de l’hexagone, le chef-lieu instaure un couvre-feu nocturne à partir de ce soir (24 mars 2020). Décision motivée par le nombre trop élevé d’entorses à la limitation des déplacements. Noter également que la proche Haïti a observé 2 cas hier.



D. Incidence monde : les Etats-Unis prennent le relais, légère amélioration en Italie à J14 (cf 10/03/2020)

Merci à Stéphane, compagnon de la première heure pour sa participation.

1. Incidence : 40k nouveaux cas diagnostiqués – Accélération de la pandémie

Ce sont des niveaux très important puisque à Wuhan, le nombre de nouveaux cas déclarés journalièrement était de l’ordre de 3 000 (même s’il y avait une probable sous-déclaration du fait du nombre limité de tests disponibles).

2. Vision chronologique 

3. Vision géographique

– Vision globale par pays

– Vision par continent : les Amériques 

– Vision par pays : top 7

1) Etats-Unis : 11 100

2) Italie : 5 200

3) Espagne : 4 700

4) Allemagne : 4 000

5) France : 2 400

6) Iran : 1 800

7) Royaume-Uni : 1 400

– Italie : le nombre de nouveaux cas détectés n’a pas diminué comme les 2 derniers jours, mais la tendance confirme un ralentissement à J15 (nous verrons demain, si le confinement produit les effets escomptés). Bergame est la ville la plus touchée, certains invoquent le match international de coupe d’Europe de foot à guichets fermés Atlanta-Valence comme foyer de diffusion.

– Les Etats-Unis sont désormais solidement installés comme le pays avec le plus grand nombre de nouveaux cas quotidiens.

E. Monde : prévalence, 260 K cas actifs (379 K cumulés) – Un temps de doublement plus rapide



Le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a fait hier le constat suivant :

– 67 jours pour atteindre les 100 000 premiers cas de prévalence;

– 11 jours pour les 100 000 cas suivants;

– 4 jours les 100 000 cas suivants.

1. Vision temps (chronologique)

– Chiffres à prendre avec précautions étant donné la disparité des stratégies de tests : l’épidémie peut s’étendre sans que ça se reflète dans les chiffres officiels, si les patients ne font pas l’objet d’un dépistage biologique.

– Au rythme actuel, doublement des cas dans le monde tous les 4-5 jours (stable).

2. Vision spatiale monde

– La carte du jour nous montre 5 foyers : Europe de l’ouest, Etats-Unis et Amérique centrale, Moyen-Orient et dans une moindre mesure (mais à considérer avec précaution car les moyens de détection sont plus faibles) Afrique de l’ouest.

– Top 6 pays :

Italie (54k cas actifs);

USA (52k);

Allemagne et Espagne (33k);

France (18k).

– Au niveau continental : un quart des cas actuels sont en Amérique du nord.

F. Géopathologie : un monde en turbulence en attendant des solutions thérapeutiques…

1. Report des Jeux olympiques

C’est la première fois que les JO sont reportés en temps de paix (les 3 précédents en 1916, 1940 et 1944, étaient dus à la guerre). Les JO de Tokyo auront probablement lieu l’an prochain, mais s’appelleront toujours “Tokyo 2020”.

Il faut relever que les Jeux paralympiques n’auraient de toute manière pas pu avoir lieu, du fait des risques trop élevés pour des patients de type mucoviscidose ou myopathie.

2. Union européenne : l’Europe, oui mais quelle Europe ?

– Cette crise sanitaire est la troisième crise qui ébranle notre espace européen (après la crise financière de 2008 et la crise des migrants de 2015).

– Elle a révélé les limites actuelles du système, car l’Europe sanitaire (à l’image de l’Europe militaire) n’a pas fonctionné : stocks (masques, tests,…), pas de politique commune,…

– Prenons l’exemple de l’Italie, qui n’a quasiment pas été soutenue matériellement (les aides sont venues de la Chine, de Cuba et de la Russie / même s’il s’agit principalement d’opérations de communication).

3. Record de hausse historique pour Wall Street

Ce bond record de l’indice Dow Jones est du jamais vu depuis 90 ans. Il survient car l’optimisme est revenu dans les milieux boursiers, suite à l’annonce d’un plan de relance massif américain (2 000 Milliards de $ devraient être prochainement alloués).

4. Etats-Unis : quel est le prix en dollars de la vie humaine ?

– Pour le président Trump, un shutdown au delà de 15 jours serait peu raisonnable et il faudra vite revenir au « business as usual ».

– Selon certains de ces conseillers, une grave récession économique serait plus dangereuse que le maintien du « shutdown ».

– Et ce même en termes sanitaires : santé mentale (et son corollaire de suicides), diagnostics retardés (cancérologie,…), etc.

– Ceci me rappelle la déclaration du premier ministre de Singapour en 2003 : « Nous ne mourrons pas du SRAS, mais de ses conséquences économiques ».

A venir demain

– Probablement une vidéo : nous nous équipons;

– L’impact des nouvelles technologies;

– Un “stress test” sur la Russie;

– Suivi : Maroc (usage de la chloroquine), Indes, Thaïlande.
Gardez en tête le “réflexe 3M” (Mains-Masques-Mètre) pour se protéger…. mais surtout pour protéger les plus vulnérables.

Confiance et solidarité pour ce combat collectif,

Dr Guillaume ZAGURY

Spécialiste en Santé Publique Internationale

Consultant en “Health Innovations”

HEC

En Chine depuis 2000.“Toute réussite est collective”, merci à  : 

– toute l’equipe “Back Up”  (Mathieu Bousquet, Carole Gabay, Flavien, Marie, Laetitia, Anne-Sophie,…),

– toute l’équipe médicale GVMN (Global Virus Medical Network : Dr Bachir Athmani, Dr Ibrahim Souare, Dr Viateur, Dr Taieb,…) qui permettent à ce projet d’exister, sans qui ce projet n’aurait pu voir le jour.

– tous les mécènes financiers (Jerome, Benjamin Denis & B Square, Benoit Rossignol, Arnault Bricout) qui oeuvrent pour des “Actions Citoyennes”

Si vous vous sentez l’âme de mécène ou de partenaires pour financer le développement informatique, n’hésitez pas à me contacter (guillaume@covidminute.com).

Également, même si une partie de l’équipe est basée à Shanghai, n’hésitez pas à venir nous rejoindre, car ce n’est pas le travail qui manque 🙂Pour ceux qui veulent prolonger la lecture avec un complément d’iconographies, sur des social médias occidentaux:

Know the latest updates

Powered byMedicilline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.