Catégories
ANALYSES

COMMENT UNE NANO-PARTICULE DÉGLOBALISE LE MONDE EN 90 JOURS

“Crash test” : quels sont les pays à risque (par rapport à leur gestion des flows et leur capacité hospitalière) ?

A. Incidence monde

On parle aujourd’hui d’une pandémie globale (qui touche 110 pays sur 6 continents) avec une évolution historique “Est (Chine) – Ouest”.

A 9h45 le 14 mars on comptait 11,051 nouveaux cas : au rythme actuel on constate un doublement des cas tous les 5 jours.

1. Vision spatiale

2. 2 pôles actifs (Europe de l’Ouest, Moyen-Orient) et un peloton potentiel (Scandinavie, Etats-Unis) 

Deux-tiers des nouveaux cas viennent d’Europe de l’Ouest, 15% du Moyen-Orient et 20% dispersés parmi 130 autres pays.

3. Vision temporelle : 

11,000 cas, c’est trois fois l’incidence maximale observée en Chine début février pour une population inférieure (environ 500 millions d’habitants en Europe et 350 millions au Moyen Orient).

4. Dynamique

L’Europe de l’Ouest est à un carrefour avec un scénario Italien qui se dessine : ainsi , la France est tendanciellement « en avance » sur l’Italie d’il y a neuf jours en terme de nombre de cas diagnostiqués, mais heureusement, mieux préparée.

B. Prévalence : 2 pôles actifs… et bientôt un 3ème (les Etats-Unis) ?

1.Prévalence monde

Autour de 75,000 cas confirmés (+12%) par test biologique, dont 60% en Europe de l’Ouest, 20% encore en Asie (Chine et Corée du Sud), 10% au Moyen-Orient.

2. Tableau de bord visuel

3. Trois points à noter pour les jours à venir

Les Etats-Unis présentent 3% des cas actuels et cette proportion va  probablement augmenter.

L’Afrique… est à surveiller : 21 pays touchés et 238 cas actuellement (174 hier et 118 la veille).

Les pays suivants ont confirmé deux cas chacun : le Ghana, le Burkina Faso, le Nigéria, le Cameroun, la Namibie, le Congo.

Sont aussi touchés (1 cas identifié) : la Côte d’Ivoire, la Guinée, la Mauritanie, le Togo, le Gabon, le Soudan, l’Éthiopie et le Kenya.

Concernant l’Afrique, un bon point épidémiologique : 80% de la mortalité observée jusqu’à présent se concentre sur les seniors (65 ans et plus), on peut donc espérer que ces populations plus jeunes seront mieux épargnées.

C.  “Crash test” : quels sont les pays à risque (par rapport à leur gestion des flows et leur capacité hospitalière) ?

Avec mon collègue, le Dr Bachir Athmani, nous évaluons tous les jours un système de santé confronté à des afflux massifs potentiels de patients dont 15% présentent des formes sévères nécessitant l’hospitalisation et 5% un séjour en réanimation médicale pendant 1 à 2 semaines.

1) Sur les variations dans les chiffres actuels de mortalité (Italie : 7% versus 0.9% à Shanghai), nous pouvons dire que les 2 provinces italiennes initialement touchées n’avaient pas de systèmes de santé préparés à faire face à un afflux massif de patients. Inversement, les chiffres observés actuellement en Allemagne dont la population a une distribution d’âge similaire sont excellents : 0,2%).

2) Aujourd’hui, des médecins chinois viennent renforcer les équipes italiennes, et la Chine a envoyé 1000 respirateurs.

3) Bien comprendre également que c’est tout le système et non seulement la réanimation qui doit être évalué : disponibilité des équipes (qui doit inclure la gestion des enfants…), formation & triage par les médecins généralistes (formation sur la conduite à tenir en cas de suspicion), remboursement total des patients Covid-19,  lits disponibles pour les autres malades (infarctus, fractures,…), régulation des flux (où aller se faire tester biologiquement…).

4) Il s’agit donc d’une « guerre » et les médecins libéraux sont essentiels ; la victoire sera remportée grâce à un effort collectif en donnant la priorité à la Santé Publique sur les cas individuels (=> report de l’activité non urgente).

5) En terme de système de santé, le cas anglais sera très intéressant à observer car le NHS (National Health Service) est connu pour avoir un objectif d’optimisation comptable.

D. France  : “Vivre avec – J11” : un pays qui monte en campagne

1. Incidence

+ 838 nouveaux cas hier (évolution : 785/500/372/203/177/336/190/138/73/21)

2. Prévalence

4500 cas diagnostiqués par test biologique (évolution : 3570/2876/2281/1734/1412/1126/949/613/423/285).

La dynamique exponentielle se maintient avec un temps de doublement à 3 jours.

3. Système de santé

– 160 cas (= 5%) en réanimation : en conformité avec les attentes.

– Taux de létalité : 2,1%.

– Des structures qui priorisent la Santé Publique : on reporte les traitements et opérations non-urgentes afin d’être prêts à accueillir les cas à la fois simples et complexes de Covid-19.

– Mesures pour favoriser le déplacement des professionnels de santé – dont plus de 60% sont des femmes : garderie, transport…

4. Analytique

– “Gradient Est-Ouest historique” : 

Deux régions où la prévalence est en hausse : le Grand Est (historiquement) et maintenant l’Île de France (poumon économique de l’hexagone) :


5) Un triple risque santé à gérer (organique/physique, mental, économique):

– Organique : bien protéger les personnes âgés.

– Mental : moins de vie sociale et des situations de confinement sur plus d’un mois, qui peuvent engendrer conflits et épuisement, surtout avec des enfants à charge. D’autant qu’il ne faut pas demander aux grands parents de les garder !

– Économique : en particulier les PME (notamment les 2 millions d’employés dans la restauration) vont énormément souffrir pendant la période à venir, comme ce fut le cas en Chine (perte de 80% du Chiffre d’affaire par rapport à 2019).

E) 6 chiffres à connaître sur la pathologie:

1) Nouveau virus à tropisme respiratoire et assez contagieux (en moyenne une personne infectée en infectera 2 ou 3 autres) et particulièrement dans certains environnement confinés: cf. épisode des contaminés en France ou bien le bateau « Diamond Princess » au Japon où le virus a touché 17% des passagers (621 cas/3711).

2) Existence de porteurs sains : ainsi dans le contexte très spécifique du « Diamond Princess » 50% des individus étaient peu ou pas symptomatiques. Certains experts pensent que 50% de la population pourrait rencontrer le virus (sans immunité naturelle ou vaccinale).

3) Les 2 principaux symptômes amenant à consulter : toux et fièvre (mais leur proportion est difficile à quantifier).

4) 80% des décès concernent les plus de 65 ans (et généralement sur des terrains pathologiques : cardio-vasculaire,…).

5) Une personne jeune symptomatique et sans antécédent, admise à l’hôpital et testée positive biologiquement au Covid-19 a un risque de décès de moins de 1%.

6) La guérison doit se faire à la maison par confinement pour ne pas infecter les autres pendant 2 semaines et en évitant de prendre de l’Ibuprofène (selon les autorités française).


F) 6 raisons de voir les choses positivement (mais avec vigilance) :

1) Cette pathologie est dans sa très grande majorité bénigne : 98% des patients testés biologiquement vont guérir (pour comparaison, la mortalité était de 50% pour l’épidémie d’Ebola en Afrique Centrale en 2016).

2) Les enfants, pour des raisons encore inexpliquées, ne sont que très peu symptomatiques et il n’y a pas (ou exceptionnellement) de décès.

3) Nous sommes à J90 et en 3 mois, nous avons acquis un très grand nombre de données sur la pathologie (merci à nos amis Chinois et particulièrement du Hubei) : profil génétique du virus, tests disponibles, distribution de la mortalité, efficacité des mesures individuelles et collectives.

4) Contrairement à l’Italie, la France a eu le temps de mettre en ordre de bataille son système de santé qui devrait ainsi pouvoir accueillir un nombre croissant de patients jusqu’au pic épidémiologique.

5) Une multitude d’équipes dans le monde travaille depuis trois mois pour trouver :

– des antiviraux : plus de 20 essais cliniques en cours en Chine et dans le monde et les premiers résultats devraient arriver d’ici 1 mois environ.

– un vaccin : normalement il faut compter un an (soit d’ici fin 2020) comme pour l’épidémie d’Ebola mais il faut rester prudent : le vaccin anti-sida est encore attendu 40 années après son apparition.

– d’anciennes stratégies thérapeutiques (pour les patients graves) remises à jour : transfusion d’anticorps de patients guéris.

6) La prise en charge médicale et sociale en France est une des plus généreuses au monde et le gouvernement actuel a montré que la priorité était d’éteindre l’incendie, et non d’économiser l’eau.

‍Gardez en tête le “réflexe 3M” (Mains-Masques-Mètre) pour se protéger…. mais surtout pour protéger les plus vulnérables.

Confiance et solidarité pour ce combat collectif,

Dr Guillaume ZAGURY

Spécialiste en Santé Publique Internationale

Consultant en “Health Innovations”

HEC

En Chine depuis 2000.“Toute réussite est collective”, merci à  : 

– toute l’equipe “Back Up”  (Mathieu Bousquet, Carole Gabay, Flavien, Marie, Laetitia, Anne-Sophie,…),

– toute l’équipe médicale GVMN (Global Virus Medical Network : Dr Bachir Athmani, Dr Ibrahim Souare, Dr Viateur, Dr Taieb,…) qui permettent à ce projet d’exister, sans qui ce projet n’aurait pu voir le jour.

– tous les mécènes financiers (Jerome, Benjamin Denis & B Square, Benoit Rossignol, Arnault Bricout) qui oeuvrent pour des “Actions Citoyennes”

Si vous vous sentez l’âme de mécène ou de partenaires pour financer le développement informatique, n’hésitez pas à me contacter (guillaume@covidminute.com).

Également, même si une partie de l’équipe est basée à Shanghai, n’hésitez pas à venir nous rejoindre, car ce n’est pas le travail qui manque 🙂Pour ceux qui veulent prolonger la lecture avec un complément d’iconographies, sur des social médias occidentaux:

Know the latest updates

Powered byMedicilline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.