Catégories
ANALYSES

FRANCE : LA DIGUE PROTECTRICE CÈDE L’EFFORT SE PORTE SUR LES HÔPITAUX, POUR TENTER DE LIMITER LES DÉGÂTS

Incidence monde : une dynamique exponentielle

A. Mesurer les réponses globales 

Notre indicateur “coroscope” permet d’évaluer les mesures prises dans un pays pour diminuer les risques de mortalité.

Cette rubrique est réalisée avec les échanges avec le Dr Bachir Athmani à Paris et Mathieu 

Bouquet en Chine.

1. 3 grands axes d’action

L’action face à la propagation du virus se compose globalement de 3 volets :

1. prévention

2. identification

3. médicalisation (traitement)

Chacun de ces 3 volets se décline en plusieurs mesures, que nous avons identifiées sous la forme de 13 actions principales (lignes de notre tableau), auxquelles nous ajoutons les mesures d’anticipation, de préparation et de réaction dont font preuve les pays..

Toutes les actions n’ont pas le même poids et la même efficacité, notre équipe leur a donc attribué un élément pondérateur évaluant l’impact de la mesure, sur la base des résultats observés dans les différents pays touchés par l’épidémie, certains pays asiatiques ayant déjà plus de 2 mois d’expérience et de recul.

2. Le tableau

Ce tableau permet de mieux comprendre que le traitement de cette épidémie fait intervenir différentes dimensions, chacune avec sa logique :

– élaboration d’une stratégie : préventif / curatif et actions simultanées ou par étape

– indicateurs à suivre : médicaux et sociaux (système de santé)

– prise en compte des aspects culturels et historiques : traumatisme récent du SRAS (2003) en Asie-Pacifique (le premier ministre de Singapour avait à l’époque déclaré : « Nous mourrons des conséquences économiques du SRAS, avant de mourir de la pathologie »).

– évaluation des implications économiques : multiples arbitrages à effectuer à chaque étape

– réaction technologique (antiviraux, chloroquine, vaccin….) et économique (achat, stockage de matériels, adaptation du système de production,etc.)

– adaptation du politique et leadership : poids de la régulation administrative, poids de l’Europe dans la décision sanitaire, etc.

3. Evaluation pays

Une note est donnée pour chacune des lignes du tableau. Cette notation est effectuée sur la base des mesures prises par les différents pays depuis le début de l’épidémie.

La référence (golden standard) s’appuie sur les recommandations de l’OMS et sur les pays ayant jusqu’à présent réussi à juguler l’épidémie (Chine continentale, Corée du Sud, Singapour, entre autres).

Suite à l’évaluation des mesures adoptées, chaque pays se voit attribuer une note globale, évolutive en fonction de sa réaction face à l’épidémie. Nous vous livrons ci-dessous une première version de cette évaluation, qui sera amenée à s’améliorer avec le temps.

La France (note globale de 10 sur 30, 30 correspondant au standard maximal) est à nos yeux en train d’évoluer vers une stratégie plus offensive, et nous ne pouvons que nous en féliciter, en espérant que les déclarations seront suivies d’effets rapides.

B. France J13 – Afflux massif de patients à l’hôpital pour au moins une semaine

Les éléments ci-dessous sont à lire avec les réserves concernant la validité des données (définition des cas, sous-estimation possible, etc.) déjà évoquées précédemment, et en gardant à l’esprit que ce sont les tendances qui comptent, plutôt que les chiffres bruts pris à l’instant t..

1. Incidence : +4 611 nouveaux cas confirmés (3 809 hier)

Nous restons en phase de croissance épidémique,.

2. Prévalence : 29,5k cas actifs en observation (25.2k hier)

Sur cette seule base, le temps de doublement se réduit par rapport à hier (mais une tendance mesurée sur seulement 2 jours n’est pas significative) et se situe entre 5 et 6 jours.

3. Tendance (comparaison avec l’Italie) : trajectoire proche

A ce jour, la trajectoire de la France reste relativement proche de celle de l’Italie, avec toutes les précautions qui s’imposent pour cette comparaison, notamment sur la stratégie de tests adoptée par chaque pays (définition de cas).

Mais comme précisé en 2, ce qui est informatif, est la tendance chronologique :

si la France continue à suivre le modèle italien, le pic pourrait s’envisager vers la mi-avril.

4. Système de santé

4.1. Augmentation des capacités

Un énorme effort est fait par les autorités sanitaires et il faut les en féliciter pour faire passer notre capacité de traitement des cas difficiles de 7 000 à 14 000 lits.

De même, soulignons les 2 initiatives incontournables, avec les commandes de 

– masques : un milliard à la Chine (soit 56 aller-retours d’Antonov) pour une utilisation estimée à 18 millions d’unités par jour.

– tests : une commande importante en Chine et une demande à nos laboratoires (humains et vétérinaires) d’avancer sur la mise au point de « test minute », que certains pays (Belgique, Etats-Unis, Thaïlande) sont en passe de mettre en oeuvre.


4.2. Profils des patients

Rappelons-nous que cette pathologie touche avant tout les personnes fragiles …mais pas seulement :

– ainsi, 2/3 des patients français en réanimation ont plus de 60 ans

– en Italie, les trois-quarts des décès se concentrent sur des patients ayant 2 ou plus  comorbidités (âge, obésité, asthme, etc.)

– comme ces éléments ne sont que statistiques, nous avons parfois des cas de patients jeunes et sans aucun antécédent qui décèdent (cf la jeune fille de 16 ans décédée en quelques jours à l’hôpital Necker).

Noter également l’afflux massif de patients en réanimation (+/- 5% des cas hospitalisés) dans les régions à forte prévalence.

4.3. Mortalité

Notons la dynamique des taux de mortalité (indicateur certes discutable mais sa dynamique est un bon indicateur) à la hausse en France, et qui ne fait que traduire les difficultés rencontrées de plus en plus fréquemment par les soignants. Cette remarque vaut également pour l’Espagne. 

Il faut par ailleurs prendre en compte que les chiffres fournis sont probablement fortement sous évalués par rapport à la réalité, puisque seuls les chiffres de mortalité hospitalière sont inclus et par suite ils n’incluent pas, les chiffres hors hôpital (Ehpad, décès sans test biologique réalisé, etc.).

5. Distribution territoriale

Une nouvelle méthode de comptage est en cours de mise en place, avec une réévaluation importante attendue du nombre de cas suite aux déclarations des autorités. Les chiffres par région seront fournis de façon plus exploitable pour tous d’ici quelques jours. 

6. A quand le pic ?

Il existe différentes modélisations informatiques multiparamètres, mais personne ne peut exactement prévoir la date exacte du pic épidémique (trop de paramètres à considérer : tendance évolutive,  températures, impact des mesures entreprises, etc.).

A titre indicatif, le cas de Wuhan : suite à des mesures de confinement strictes le pic a été atteint vers J20 après les mesures de confinement.

Si nous suivons le modèle italien, le pic pourrait survenir à la mi-avril en France.

7. Analyse des capacités actuelles par rapport aux flux

Témoignage déjà cité d’un collègue urgentiste dans le Grand Est : « Je n’ai jamais vécu cette expérience : d’habitude, nous avons 150 visites aux urgences et au maximum nous intubons une fois par jour. Aujourd`hui, nous avons reçu seulement 70 patients mais nous avons dû en intuber 10 ».

Notre système est encore capable d`absorber la vague (alors que l’Italie non), mais probablement pas pour longtemps.

C. Incidence monde : une dynamique exponentielle

Merci à Stéphane, compagnon de la première heure pour sa participation.

Bien sûr avec toutes les réserves nécessaires quant à la validité des chiffres (disponibilité des tests, validité des données,…), mais ce qui est essentiel est la tendance.

1. Incidence : 66k nouveaux cas diagnostiqués (64k hier, 63k la veille)

C’est 20 fois les chiffres observés en Chine (environ 1/5ème de la population mondiale) au moment du pic dans le Hubei (3k par jour).

2. Vision spatiale : 90% des nouveaux cas sont détectés en Occident (60% en Europe et 30% aux Amériques)


2.1. Par pays

Les Etats-Unis et l’Espagne restent en phase exponentielle.

  • Etats-Unis 19k
  • Espagne 8k
  • Allemagne 7k
  • Italie 6k
  • France 5k
  • Iran et Angleterre 3k
  • Suisse, Pays Bas, Belgique : 1 a 2k environ

Tableau : évolution chiffrée par pays

Graphique : évolution par pays

2.2. Par continent

D. Prévalence monde – En quelques jours, les Etats-Unis ont un nombre de cas cumulés supérieur à celui de la Chine en 2 mois !


1. Chiffres (cas actifs)

Le temps de doublement est de 5 jours (stable).

2. Vision spatiale

2.1. Par pays


Top 6 pays :

  • Etats-Unis 118k (79 hier) : ¼ des cas actifs de la planète
  • Italie 70k (62 hier)
  • Espagne 55k (46)
  • Allemagne 49k (38)
  • France 30k (22)
  • Iran 21k (17)

2.2. Par continent

Les occidentaux représentent actuellement 83 % des patients diagnostiqués !

‍Gardez en tête le “réflexe 3M” (Mains-Masques-Mètre) pour se protéger…. mais surtout pour protéger les plus vulnérables.

Confiance et solidarité pour ce combat collectif,

Dr Guillaume ZAGURY

Spécialiste en Santé Publique Internationale

Consultant en “Health Innovations”

HEC

En Chine depuis 2000.“Toute réussite est collective”, merci à  : 

– toute l’equipe “Back Up”  (Mathieu Bousquet, Carole Gabay, Flavien, Marie, Laetitia, Anne-Sophie,…),

– toute l’équipe médicale GVMN (Global Virus Medical Network : Dr Bachir Athmani, Dr Ibrahim Souare, Dr Viateur, Dr Taieb,…) qui permettent à ce projet d’exister, sans qui ce projet n’aurait pu voir le jour.

– tous les mécènes financiers (Jerome, Benjamin Denis & B Square, Benoit Rossignol, Arnault Bricout) qui oeuvrent pour des “Actions Citoyennes”

Si vous vous sentez l’âme de mécène ou de partenaires pour financer le développement informatique, n’hésitez pas à me contacter (guillaume@covidminute.com).

Également, même si une partie de l’équipe est basée à Shanghai, n’hésitez pas à venir nous rejoindre, car ce n’est pas le travail qui manque 🙂Pour ceux qui veulent prolonger la lecture avec un complément d’iconographies, sur des social médias occidentaux:

Know the latest updates

Powered byMedicilline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.