Catégories
ANALYSES

D.Day (“Déconfinement Day”) : J-7 …piqure de rappel

Concernant le traçage et l’isolement : probablement jugés trop liberticides

I. COVID “360° MINUTE”

I.1 France – après 45 jours de confinement une dynamique favorable mais lente

Effet ciseau en cours (hospitalisations & réanimation)

Moins de 400 nouveaux cas en France

France : effet ciseau en cours (Hospitalisations : plus de sorties C+ que d’entrées C+)

I.2 Vision temps : nous suivons l’Italie avec 10 jours de décalage

Evolution chronologique comparée des cas de réanimation France/ Italie

 

I.3 France – Prévisionnel : lits de réanimation disponibles (l’enjeu à partir du 16 mai) 

·   Les lits Cova (+) sous la barre des 4000 ce jour (3827 versus 3878 hier) avec une capacité maximale à ce jour estimée à 9000 lits.

·   Projection post-déconfinement, se basant sur 3 éléments : données historiques, durée d’incubation (J7 avec une recrudescence à prévoir vers le 16 mai), et l’afflux des patients C (-) (3305 sur 7183 lits occupés)

I.4 Europe : Une Europe a 3 vitesses : pic passe (déconfinement) – plateau – phase épidémique

I.5 Monde : Russie, 2 ème pays en termes d’incidence et Brésil 3 ème :

I.6 Monde : Indicateur de résultat

– résultats internationaux comparatifs de « stratégies pays »

– Indicateur certes non parfait (car fonction des tests, de la densité de population, de l’âge médian du pays) mais disponible, pour évaluer l`impact des stratégies « Pays ».

Attention néanmoins aux comparaisons trop hâtives (cf Finlande a faible densité de population versus Singapour)

II. Analyse 360°

II.A Le Gouvernement suit à la lettre (2 conditions,3 actions) notre schéma de déconfinement (depuis le 9 avril)

…  Mais des recommandations ne sont pas encore implémentées.

II.A.1 Les 2 conditions médicales : épidémiologique et lits de réanimation disponibles

> Épidémiologique : circulation active du virus

Actuellement, les indicateurs sont relativement similaires à la carte historique du pré confinement (atteinte Grand Est et Oise). Et cela peut donc être faussement rassurant pour la suite, comme nous l’avons vécu.

>> Réanimation capacités : c’est un point majeur.

Je remercie mon ancien collègue Jérôme, avec qui j`ai partage une conversation hier, afin de vous offrir une vision partagée et objective :

Déjà quasi à flux tendus en pré Covid (cf plan d`économie et un lit de réanimation coûte cher – plus 4000€/ jour). Certains services de la périphérie Parisienne risquent d’être en permanence rouge (plus de 80 % de taux d`occupation et bien plus encore certains WE).

L’hôpital avait « poussé les mûrs » comme disent mes collègues, de façon à absorber la vague C (+) : capacité en lits USI/Réanimation passée de 5 000 à 9 000 lits (cf schéma le Covid en une minute)

Le système avait pu in extremis contenir la vague, grâce au Système D (cf transfert à l’Ouest et à l’étranger).

Actuellement, les patients habituels (coronarien, insuffisante respiratoire, tentative de suicide…), commencent à revenir dans les services avec qualitativement des formes plus évoluées du fait de la faible surveillance depuis plus d’un mois.

L`Hôpital ferme donc des lits Covid (+) pour les attribuer a des C (-) nécessitant des soins chirurgicaux (ex : réouverture des salles de réveils auparavant utilisées pour les soins intensifs C (+)).

De même les cliniques reprennent leurs activités habituelles et n`acceptent plus des patients C (+) en hospitalisation ou en réanimation.

Par suite, au moment du déconfinement, notre capacité d`hospitalisation des C (+) en USI/ réanimation diminue, et ne sera pas immédiatement réversible (patients C- occupant les lits).

II.A.2 D’où notre proposition d`attitude pro-active, d’il y a un mois (!)

En Île-de-France, de façon à anticiper les 2 vagues C (-) et C (+) et ne pas subir :

Contrairement aux Allemands qui ont un « matelas » de 10 k lits prêts à absorber un afflux massif, la France n’est pas à ce niveau de préparation.

Nous persistons, pour la création d’une structure de 500-1000 lits C (+) avec USI et lits de réanimation dans l’épicentre « Ile de France » (Val de Grâce, Hôtel Dieu, périphérie…), pour libérer les autres hôpitaux et traiter les C (+). Les transferts en France ou à l’étranger extrêmement chronophages seraient ainsi réduits.

A-t-on la capacité humaine (l’enjeu) et matériel (nos industriels vont bientôt mettre 10 k respirateurs sur le marché et il faudra assurer l’approvisionnement pharmacologique type curarisant…) de le réaliser est une question à se poser.

Cela se base sur notre observation de ce qui s’est passé à Wuhan, où tout s’est débloqué avec la construction en 3 semaines (vers le 2 février) de 2 structures de 1000 lits (avec du 5G !), pour isolement et traitement des patients C (+) parallèlement au renfort de 30k professionnels de Santé.

Si nous devons l’utiliser pour soulager un système en surchauffe épidémique (cf 2 ème vague potentielle), nous aurons été en avance sur le virus, et si nous ne l’utilisons pas, ce sera encore mieux, en voulant dire que les mesures barrière (« 3M » : Masque-Main-Mètre) et les mesures de prises en charges (3T : Test-Traçage-Transfert/isolement) ont été efficaces (mais 

Je pense, que cette proposition de l`équipe Covidminute (lancée fin mars !) fait son chemin, et qu`elle va être reprise par les journalistes, les professionnels de Santé, et autres décideurs dans un proche avenir.

A suivre…

II.A.3 Protéger les vulnérables & les professionnels : la clé d’un déconfinement réussi 

Les Ephad (9312 décès à ce jour, soit 40% de la mortalité) sont de potentiels incubateurs viraux (cf épisodes du Diamond Princess, voir du CDG), et une attention spécifique doit leur être prêtée (rappelons que l’âge moyen des décès est supérieur à 80 ans).

Nous attendons tous un plan de guerre pour les Ephad (ou équivalents) qui touchent. Soyons surs que le gouvernement va agir en ce sens en fournissant les éléments clairs de protection : masques FFP2 et protections personnelles, testing des soignants et des membres, politique d`isolement en cas de C+, …

Il en est de même des patients à forte comorbidité associée qui doivent bénéficier d’un appui logistique préventif (masque FFP2…)

II.A.4 Concernant le traçage et l’isolement : probablement jugés trop liberticides

Comme il va être jugé liberticide, nous ne pourrons accéder aux cas contacts non pas de façon électronique (XXI ème siècle), mais plus de façon traditionnelle via l’interrogatoire.

Par suite, remettre les médecins libéraux en première ligne, en leur donnant les outils pour diagnostiquer, essayer de tracer les cas C (+) et les suivre.

De même les conditions d`isolement, drastiques en Asie Confucéenne (cf forte densité de population :130 personnes par km2 en France versus 7900/km2 à Singapour), vont probablement être beaucoup plus flexibles en France (a nos yeux, l`isolement dans une structure ad-hoc est pourtant un impératif.

II.A.5 Quand les 2 conditions épidémiologiques et l’action préventive sur les populations à risque sont remplies, il ne faudra pas aller dans l’excès des « ayatollahs » de l’hygiène 

Il faut déconfiner, pour les raisons connues : économiques, médicales (les C-) et la santé mentale.

« Vivre avec » : avec les outils « 3M » de la barrière protectrice individuelle, et avec une reprise progressive des activités scolaires et professionnels. Ainsi, en Chine, il n’y a aucune limitation de temps de rencontre entre gens sains.

En attendant… qu`un vaccin efficace fasse son chemin (l’immunité naturelle étant a priori plus lente et discutée)

II.B. France, vision régionale

II.B.1 Hospitalisations : évolution temps espace
II.B.2 Lits de réanimation : le confinement est efficace
II.B.3 Carte du déconfinement (synthèse des 2 indicateurs) : un gradient Est-Ouest et Nord Sud

 

 

 II.C MONDE : La Russie en phase épidémique et l`Afrique nous surprend

Avec la contribution du Dr Bachir Athmani, de Stéphane et Alison, compagnons de la première heure, que je remercie encore pour leur soutien sans faille.

Attention à certains chiffres (nombre de cas, décès…) extrêmement discutables car variables d’un pays à l’autre (exemple : disponibilité des tests), avec des biais de mesure et donc une sous-déclaration majeure dans certains pays.

II.C.1 Prévalence : 2 159 000 cas actifs confirmés en observation

Croissance épidémique depuis le 1 er janvier : Plus de 3 millions de cas cumules historiques 

Source : John Hopkins University

Vison géographique :  4 pôles actifs :  Amériques, Europe, Moyen-Orient, Russie.

Source : John Hopkins University

Notons le très faible nombre de décès (exemple 15 décès déclarés à ce jour en Cote d`Ivoire) ou de cas de réanimation en Afrique (si les réanimations étaient pleines nous le serions) : effet température/humidité, jeunesse des populations, effet « quinine » …beaucoup d`interrogations encore à statuer.

Par continent : Amériques, 50% des cas actifs déclarés, Europe 30%, Moyen -Orient et Russie a 7%

Top 10 pays

Etats-Unis 939k (hier 931k)

Royaume Uni 158k (hier 154k)

Russie 117k (hier 108k)

Italie 100k (hier 101k)

France 93k (hier 93k)

Espagne 73k (hier 74k)

Turquie 60k (hier 63k)

Brésil 51k (hier 49k)

Pays-Bas 35k (hier 35k)

Pérou 31k (hier 29k)

II.C.2. Incidence : 78 000 nouveaux cas détectés hier et la Russie a un taux de nouveaux cas a la hausse.

Selon le temps :

II.C.3 Incidence : 78 000 nouveaux cas détectés hier et la Russie a un taux de nouveaux cas a la hausse.

Géographique :

–   Par pays

Etats-Unis 25k (28k hier)


Russie 11k (10k hier)

Brésil 5k (4k hier)

Royaume Uni 4k (5k hier)

Pérou 3k (2k hier)

Inde 3k (2k hier)

Canada 3k (2k hier)

Espagne 2k (3k hier)

Turquie 2k (2k hier)

Pakistan, Singapour, Iran, Arabie Saoudite, Qatar, Emirats Arabes Unis, Bengladesh, Biélorussie, Ukraine, Allemagne, Italie, Mexique, Chili, Equateur : 1 à 2k

II.C.4 Vision historique de l’épidémie 

En 4 mois, la nanoparticule a disséminé sur toute la planète et a affecté tous les secteurs de l’activité (sanitaire, économique, social, politique…)

Au niveau sanitaire : 4 milliards de confinés, près de 3 millions de cas historiques déclarés, 2 millions de cas actifs déclarés (et 240 k décès)

Carte des décès depuis le 1 er janvier :

L’Occident est la première victime du virus.

Gardez en tête le “réflexe 3M” (Mains-Masques-Mètre) pour se protéger… mais surtout pour protéger les plus vulnérables.

Confiance et solidarité pour ce combat collectif

Dr Guillaume ZAGURY

·   “Toute réussite est collective”, merci à : 

o   Toute l’équipe “Médicale” de type “GCMN” (Global Covid Medical Network) : Dr Bachir Athmani, Dr Marc Abecassis, Dr Mohamed Fadel, Dr Ibrahim Souare, Dr Jonathan Taieb…) qui permettent à ce projet d’exister,

o   Toute l’équipe data analysis et informatique : Carole Gabay (“Data Analysis Expert”), Richard Coffre (webmaster d’exception), Flavien Palero (digital manager), Mathieu Bouquet (pour sa contribution passée)

o   Toute l’équipe “Communication” (Flavien Palero, Laetitia, Marie, Alison…) : sans qui ce projet n’aurait pu voir le jour.

o   Tous les Mécènes financiers historiques (Jérôme, Benjamin Denis & la Société de Consulting B Square, Benoit Rossignol, Arnaud Bricout & TAG Advisory et Gilles Langourieux…) qui œuvrent pour des “Actions Citoyennes”

o   Également nous remercions la Fondation Paul

Si vous vous sentez l’âme de mécène ou de partenaires pour financer le développement informatique (tous les autres sont bénévoles depuis 88 jours !), n’hésitez pas à me contacter (guillaume 888@hotmail.com).

Également, notre équipe même si pour partie basée à Shanghai, sera ravie de vous accueillir … car ce n’est pas le travail qui manque… !

[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

2 réponses sur « D.Day (“Déconfinement Day”) : J-7 …piqure de rappel »

Bonjour et merci pour votre analyse.

Une question que je me pose depuis un moment concernant le nombre de cas confirmés: je ne comprends pas la différence entre les donnes de cas confirmées entre les chiffres donnés par le gouvernement français (~130.000 cas confirmés) et vos chiffres (j’imagine de Coronatracker, avec env 168.000 cas actifs). Ça m’aidera à voir plus clair. Merci pour votre retour. Encore bravo pour votre travail.

Bonjour Sébastien,
Vous avez bien fait de poser cette question, effectivement il faut bien différencier les cas historiques et les cas actifs.
Un cas actif devient généralement en trois semaines, un cas historique.
Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.